UTOYA, 22 juillet... "L'horreur que représente le terrorisme n'a pas de visage" Erik POPPE

Publié le par Passionsetbilletsactu

Source/ 20 minutes - décembre 2018 - Article de Caroline Vié (extraits)

 

"Erik Poppe, cinéaste met en scène l'attentat de Anders Breivik, commis en Norvège le 22 juillet 2011.

Un homme, se faisant passer pour un policier, aborde sur l''île d'Utoya peu après l'explosion d'une bombe à Oslo.

Le film aborde le point de vue des victimes. "On a beaucoup entendu le coupable, et pas assez pensé à ceux, morts ou survivants, qui ont croisé sa route" insiste le cinéaste. "Je n'aurais jamais fait le film sans leur collaboration"."Je ne montre jamais Breivik que comme une menace pouvant surgir de n'importe où". "L'horreur que représente le terrorisme n'a pas de visage". "Les jeunes survivants ont été très courageux de revivre tout cela" reconnaît le cinéaste. Ils estimaient que c'était une façon de rendre hommage à leurs camarades disparus".

Erik Poppe a aussi obtenu l'accord des proches des victimes décédées. "J'aimerais donner à réfléchir sur cette violence qu'aucune idéologie ne peut justifier" nous martèle Erik Poppe. 

Utoya, 22 juillet immerge le spectateur dans un cauchemar intense, éprouvant pour les nerfs et dont on met longtemps à se remettre

Publié dans FAITS D'ACTUALITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article