SPORT / Pratiquer la self-défense ( hommes ou femmes )

Publié le par passions et actu

 

http://www.vivremalin.com =
La présence d'un dossier consacré à la self défense dans ce site peut sembler inattendue. Cependant, il nous a paru important de vous apporter un minimum d'information sur ce sujet, car sans céder à la paranoïa, chacun d'entre nous peut un jour ou l'autre être confronté à une situation de violence. Comment réagir dans ce cas ?

Dans une première partie = quelques conseils, en espérant que vous n'en aurez jamais besoin. Postulat simple: en cas d'agression, la première chose à faire est de conserver intacte son intégrité physique, de ne pas être blessé. C'est une lapalissade de dire que la meilleure manière d'atteindre cet objectif est d'éviter le danger.

Dans une seconde partie, nous vous proposerons un tour d'horizon des principaux arts martiaux et techniques de combat + ensemble de sites où vous pourrez approfondir le sujet si vous le désirez.

 

QUE FAIRE EN CAS D’AGRESSION ?

Si vous êtes seul en cause, si personne d'autre ne risque rien, la plus efficace des techniques est….LA FUITE ! Donc, en cas d'agression, mettez votre fierté dans votre poche (surtout vous messieurs !), et si vous le pouvez,évitez le problème : fuyez ! Si possible vers un lieu où il y a du public : les agresseurs n’aiment pas le public, et si la situation devait dégénérer, le risque pour votre intégrité physique serait moindre (mais pas nul cependant).

Si vous êtes accompagné d'enfants ou de personnes vulnérables, ou si vous intervenez pour porter secours à quelqu'un qui subit une agression = que faire dans ce cas ?



QUELLE ATTITUDE ADOPTER ?

Deux choses à ne pas faire :

 1/ Sous estimer l’agresseur

Il a l'air ivre, il est petit, pas très costaud. Qu'importe. Gardez à l'esprit qu'il peut-être extrêmement dangereux.

 2/ Adopter une attitude agressive ou trop sûre de soi

Dans le doute, gardez un profil bas… Tout est question de feeling !

Une chose à faire absolument:

Analyser la situation

Extrêmement difficile quand on n'est pas préparé physiquement et mentalement à ce genre de situation. Normal de ressentir de la peur et de l'appréhension. Ces deux sentiments empêchent notre "machine à analyser" de fonctionner correctement.

Il faut pourtant contraindre votre cerveau  à réfléchir.

Plusieurs questions, que nous allons passer en revue.


Première question : quels sont les risques ?

Si le risque est se faire voler un peu d'argent, et bien... acceptez cette perte. Injuste c'est vrai, mais sans conséquences graves. Si vous pensez que le risque se limite à recevoir une gifle, là encore il n'y a pas de réel danger. Par contre, si vous pensez courir un risque plus grave tel qu'un viol ou une atteinte sérieuse à votre intégrité physique, il va falloir vous défendre le plus efficacement possible.
 

Deuxième question : Comment réagir ?  

Considérations juridiques :

Pour être en légitime défense il faut :

- que vous ou un tiers subisse une atteinte injuste, immédiate et réelle.
- que votre réaction soit proportionnée à l'attaque, et se déroule immédiatement.

Réaction proportionnée : cela implique que vous ne pouvez riposter en utilisant une arme face à quelqu'un qui n'en dispose pas.

Réaction immédiate : Vous ne pouvez pas riposter en frappant dans le dos un agresseur qui quitte les lieux car alors vous n'êtes plus menacé. Si vous sortez de ce cadre, et même si vous n'êtes pas à l'origine de l'agression, vous risquez une condamnation.

L'attaque doit être réelle : des insultes ou la simple menace d'une arme tenue par une personne inactive ne suffisent pas.

L'attaque doit être injuste : sont considérées comme juste les attaques commandées par la loi ou l'autorité légitimes. Un voleur interpellé par la police ne pourra se prétendre en état de légitime défense.

La riposte doit en outre être nécessaire : si la possibilité d'éviter le conflit existait, vous ne pourrez être reconnu en état de légitime défense. Pour plus d'information sur la légitime défense, cliquez ici

Une précision utile: le port des bombes lacrymogènes et autres objets de défense est par principe interdit, sauf pour les fonctionnaires en charge de de la sécurité publique soumis à risque d'agression.

Vous trouverez en toute fin de cette page les principaux articles de loi traitant de la légitime défense.

Donc, une fois les risques y compris juridiques évalués, vous devez déterminer si vous allez agir, ou pas. Encore une fois, si le risque est peu important, laissez faire. Si vous en décidez autrement, il va falloir passer à l'action.



LE TEMPS DE L'ACTION
  

L'attitude à adopter :

La plupart des agressions commencent par des insultes, des invectives. Ne laissez pas votre esprit se fixer sur ce qui n'est que paroles. Ne répondez pas, peut-être reste-t-il une chance pour que l'agresseur passe son chemin ou renonce.

Adoptez une attitude calme. Ne regardez pas l'agresseur dans les yeux, cela peut-être augmenter son agressivité. Vous pouvez choisir de poser votre regard sur sa poitrine. Cela vous permets de l'englober tout entier dans votre champ de vision.

Ne fixez pas votre attention sur un point particulier, surveillez à la fois les mains et les pieds de votre agresseur, restez vigilant pour ne pas être surpris par un éventuel passage à l'acte. Surveillez également l'environnement. L'agresseur n'est peut-être pas seul, ne vous faites pas surprendre !

Très important : évaluez en permanence la distance entre vous et l'agresseur. Est-il assez proche pour vous porter un coup ? Si oui, mettez vous légèrement de profil par rapport au danger et placez votre main gauche sur votre menton, coude au corps, un peu comme si vous réfléchissiez. Votre main droite vient se placer sous votre coude gauche, votre coude droit collé lui aussi au corps. Cette position protège les zones sensibles et vous permet sans adopter une attitude de garde plus agressive d'intercepter avec un minimum de gestes des attaques éventuelles..

L'action :

Il ne s'agit plus là de réfléchir. Il faut "exploser", sans aucune retenue afin dêtre le plus efficace possible. Vous avez décidé d'agir parce que vous courrez un réel danger, et il n'y a pas de place pour la demi mesure. Il faut  provoquer la mise hors de combat de votre agresseur. 

Ne visez que des zones sensibles : yeux, gorge, testicules en fonction de vos moyens physiques. Force de frappe suffisante, les coups au visage peuvent être envisagés. Mais  les coups au corps sont le plus souvent inefficaces pour quelqu'un qui n'est pas très entraîné au combat. C'est encore plus vrai si vous êtes une femme, ou si votre agresseur est manifestement physiquement plus fort que vous. Donc ne gaspillez pas votre énergie, frappez là où c'est le plus efficace.

Si vous êtes entraîné au sol, immobilisé, tentez de vous dégager en griffant les yeux de votre adversaire ou en y enfonçant vos doigts, en mordant ce qui passe à votre portée, en saisissant et écrasant les testicules. Peu élégant ! 
Il vous faudra au cours d'un combat agir sans retenue, avec toute la sauvagerie possible. Choquant c'est vrai, mais il n'y a pas de salut sinon.
Encore une fois, nous vous conseillons de ne rien faire si le danger n'est pas réel, de fuir si cette solution peut-être envisagée, mais si vous devez vous défendre, nous le répétons: il n'y a aucune place pour la demi-mesure.

Pour être plus efficace, utilisez des "outils"

Il est ridicule d'imaginer un ouvrier qui travaille sans outil, un menuisier qui scie une planche à mains nues, un plombier qui tord ses tuyaux à la force du poignet. Dans le domaine de la self défense c'est la même chose, surtout si vous n'êtes pas entraîné au combat.

Tous les professionnels (policiers, services de sécurité privés,etc.) utilisent des "outils". Les meilleurs des outils sont ceux qui ne provoqueront chez l'agresseur aucune blessure grave tout en l'empêchant de nuire, comme une bombe lacrymogène ou un appareil infligeant des chocs eléctriques. Si vous pensez courir un risque particulier ou si vous habitez dans une zone à risque, peut-être est-il judicieux de faire une acquisition de ce type. L'acquisition et la détention d'armes sont soumises à une législation stricte. Cliquez ici si vous désirez davantage d'informations.

Si vous ne disposez pas de ces armes, tout peut-être utilisé : des clés, un parapluie, un objet lourd à proximité. Nous ne souhaitons pas expliciter ici l'usage qui peut être fait de différents objets, car ces pages sont en accès libre, et il y a là un risque d'infliger des blessures graves.

Sachez que dans certains clubs de self défense, ces techniques sont enseignées, et que ces clubs demandent souvent à leurs adhérents de fournir un extrait de casier judiciaire vierge. C'est notamment le cas dans les clubs enseignant le krav maga qui est à notre avis une des techniques les plus réalistes et les plus efficaces à ce jour. Nous vous en reparlerons quand nous vous dirons un mot des différents arts martiaux existants.

En résumé :

Fuyez si possible. Dans le cas où cette possibilité est exclue, adoptez une attitude soumise, voire apeurée dans le but de faire baisser la vigilance et la garde de votre agresseur. Si l'agression se déclenche et que vous considérez risquer de graves dommages, dés que vous en entrevoyez la possibilité, attaquez le plus sauvagement possible en visant les yeux, la gorge, les testicules. Si vous réussissez à porter un coup, profitez de cet avantage pour en porter d'autres. Ne cessez d'attaquer que quand votre agresseur est hors de combat, diminué, aveuglé ou au sol. Par contre dés ce but atteint, cessez immédiatement. Il ne s'agit pas de s'acharner sur un blessé, il s'agit de se mettre définitivement hors de danger.

Après l'attaque, la fuite

Une fois votre agresseur mis hors de combat, il faut à nouveau songer à fuir. Dans la plupart des cas, cette mise hors de combat ne sera que très temporaire. Donc, revenez à ce qui selon nous est la meilleure des solutions et fuyez si cela est possible dans la situation où vous vous trouvez, en recherchant comme nous vous l'avons déjà indiqué des lieux où le public est nombreux.



LES PRINCIPAUX ARTS MARTIAUX ET TECHNIQUES DE COMBAT  

Si vous souhaitez vous préparez plus sérieusement à une situation de violence, il vous faudra envisager de pratiquer une technique martiale. Bien entendu, si vous y consacrez tout votre temps durant de nombreuses années, tous les arts martiaux peuvent convenir.

Postulat : vous n'avez que peu de temps à y consacrer, et une efficacité suffisante doit être atteinte en un minimum de temps, disons quelques mois à raison de deux heures par semaines.

Tous les pratiquants et les professeurs honnêtes vous diront qu'au bout d'une seule année à raison de deux heures par semaine, il est illusoire de penser atteindre un résultat probant face à un agresseur habitué au combat de rue.

Disciplines abordées = sont pour certaines un véritable art de vivre qui inclut une philosophie d'une richesse extrême, et ne se limitent pas à un simple ensemble de techniques.
Nous avons inclus des liens qui permettront à ceux d'entre vous qui le désirent d'en savoir plus sur les aspects que nous avons éludés ici pour ne nous attacher volontairement qu'à un seul, forcément réducteur: atteindre à court terme la plus grande efficacité possible.

Première technique, conseillée par VIVRE MALIN : le Krav Maga.

Pour trouver l'efficacité la plus grande possible en un minimum de temps, n'allez pas plus loin, selon nous vous ne trouverez pas mieux. Ce n'est pas que cette pratique ait inventé des techniques miraculeuses, mais elle est parfaitement en adéquation avec le but recherché.

Etre efficace sans moyens physiques exceptionnels. Dans les cours de Krav maga, on est toujours dans l'esprit d'une situation d'agression. Seul le résultat compte.

Exclusivement des choses simples.

Vous apprendrez également à utiliser des "outils", des armes improvisées ou non et vous travaillerez en permanence sur l'état d'esprit à avoir. Vous apprendrez à ne pas paniquer au premier coup reçu. Quand on y est pas habitué, la violence d'une simple gifle sans aucune conséquence sur votre potentiel physique peut vous faire perdre tous vos moyens.

Dans les cours de krav maga, il arrive que l'instructeur fasse précéder l'apprentissage d'une technique par la réception d'une gifle relativement violente. Cela peut sembler incongru, mais si l'on garde à l'esprit le but recherché c'est très "malin" pour simuler autant que possible le stress d'une situation réelle.

Nous n'en dirons pas plus car aucun discours ne peut remplacer l'expérience et la pratique. Sachez seulement que le krav maga a été pensé par et pour les forces d'intervention les plus efficaces de la planète. Un seul défaut, cette pratique est peu répandue, et les clubs ne sont pas nombreux. Si vous désirez en savoir plus sur l'histoire, les lieux de pratique etc., consultez le site officiel de la fédération européenne de krav-maga


Les cours de self défense

Il en existe des dizaines. La plupart de ces techniques sont des dérivés ou synthétisent d'autres arts martiaux. On peut par exemple citer le ju-jitsu dans lequel on retrouve des techniques de karaté, de judo, et des clés. Ces techniques peuvent être efficaces, tout dépend de la manière dont le professeur les enseigne.

Malheureusement, certains professeurs gardent souvent à l'esprit les règles de l'art martial auquel ils ont été formés, et sont assez loin de l'esprit de la rue. Cela diminue l'efficacité de leur enseignement.  Assistez à un cours pour vous faire une idée, après avoir lu ce qui suit pour avoir une idée des principaux défauts au regard du postulat de base que nous nous sommes fixés : être efficace rapidement


Les techniques d'origine occidentale

= boxe, la boxe française, la savate, le kick boxing, la boxe thaïlandaise, etc... Ces techniques ont une qualité : elles recherchent toutes la mise hors de combat de l'adversaire par KO. Proche du réel donc. Elles ont un énorme défaut : les règles d'arbitrage.

De plus, les règles font que certains coups sont interdits, en particulier les plus efficaces : coups aux yeux, à la gorge, aux testicules, etc. En situation le pratiquant n'est donc pas formé à les employer, alors que ce sont justement ceux là qui peuvent faire la différence. Il est aussi interdit de frapper avec les coudes, les genoux (sauf en kick boxing, en boxe thaï). Les projections et clés sont aussi presque totalement proscrites.

En pratiquant ces sports, vous apprendrez à recevoir des coups (un peu trop que nécessaire d'ailleurs), mais ne recevrez pas l'enseignement des techniques les plus efficaces à court terme. L'état d'esprit est aussi sans aucun rapport avec une situation réelle, car l'arbitre est constamment pris en compte.

 

Les techniques venues de l'extrême orient.

Il en  existe des dizaines. Nous nous contenterons d'évoquer les plus répandues.

Le judo : Ce n'est plus un art martial, mais un sport. Les coups frappés sont interdits. Cela le rend inefficace à court terme si on le pratique dans le but de se défendre.

Le karaté

Il n'existe pas un mais des karatés. Le style le plus répandu en france est le style shotokan, mais vous trouverez des clubs où sont enseignés le wado ryu, le kiokushinkaï, etc. Chaque style possède ses propres caractéristiques qu'il serait trop long de décrire ici.

Chaque professeur a aussi son style d'enseignement. Certains privilégieront la compétition (avec les inconvénients déjà décrits), d'autres s'attacheront davantage à respecter l'esprit des origines. Il est donc difficile de généraliser. Le karaté a un particularité que l'on retrouve dans ses katas (un kata est un combat simulé, effectué seul, et l'ensemble des katas constitue le "dictionnaire" d'un style de karaté).

Cette particularité est que le plus souvent, l'adversaire est idéalement supposé être mis hors de combat en un coup. Pour en savoir plus visitez le site de la Fédération française de karaté et arts martiaux affinitaires.

Le kung fu

Les styles de kung fu sont encore plus nombreux que les style de karaté, les manières de l'enseigner aussi. Il existe deux grandes familles : les styles externes qui privilégient l'utilisation des muscles, et les styles internes qui privilégient l'utilisation d'une énergie que chacun possèderait en soi : le "chi" (le "ki" du karaté).

Nous ne prendrons pas position sur l'existence ou non de cette "énergie". Une chose est certaine, si elle existe, il faut des dizaines d'années de pratique pour l'effleurer !  Le kung fu possède cependant une telle richesse de techniques que l'on pourrait imaginer un enseignement adapté au combat de rue (comme d'ailleurs presque tous les arts martiaux cités ici).

Cependant nous ne connaissons aucun club où le kung fu est enseigné de cette manière. La plupart des clubs n'enseignent pas les styles qui incluent les techniques de clé ou de projection, ou très peu. Ce site consacré au kung fu wu shu vous permettra d'en apprendre davantage si vous le désirez.

Le viet vo dao

Les remarques faites précédemment pour le karaté peuvent s'appliquer à cet art martial d'origine vietnamienne.
En savoir plus ? Cliquez ici.

** Un pratiquant de viet vo dao nous a fait le plaisir de réagir à cette page: lisez son témoignage en cliquant ici

Le tae kwon do

Encore une fois, les remarques faites pour le karaté peuvent s'appliquer ici. De plus cet art martial d'origine coréenne privilégie l'étude des coups de pieds sautés, ce qui est à proscrire dans un combat de rue, car bien trop difficile et risqué pour l'équilibre de celui qui les porte. Pour en savoir plus, visitez ce site consacré au tae kwon do.


EN CONCLUSION  

Si vous souhaitez atteindre le maximum d'efficacité en un minimum de temps, nous vous conseillons donc de pratiquer le krav maga, ou éventuellement la self défense. Chaque cours de self défense étant différent, il est utile d'assister à un entraînement pour se faire une idée.

Les textes de loi traitant de la légitime défense:

122-5 du CP:
 
N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.
   N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction.
 
 
Art. 122-6 du Code Pénal
 
Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte :
   1º Pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;
   2º Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.
 
Art. 122-7 du CP
 
N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.
 
Art. 223-6 du CP
 
Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.
   Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

 
Art. 803 du Code de Procédure Pénale
 
Nul ne peut être soumis au port des menottes ou des entraves que s'il est considéré soit comme dangereux pour autrui ou pour lui-même, soit comme susceptible de tenter de prendre la fuite.
   Dans ces deux hypothèses, toutes mesures utiles doivent être prises, dans les conditions compatibles avec les exigences de sécurité, pour éviter qu'une personne menottée ou entravée soit photographiée ou fasse l'objet d'un enregistrement audiovisuel.

SITES UTILES

 

Site officiel de la fédération européenne de krav-maga
L'annuaire des arts martiaux : ils sont tous là, ou presque !
Fédération française de karaté et arts martiaux affinitaires
La fédération française de judo
Le kung fu wu shu
Le shaolin wing chun (un style de kung fu)
Le viet vo dao
Le tae kwon do










Publié dans SPORT - SANTE - BEAUTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

J'habite un "quartier sensible" où personne n'interviendrait. Je porte une alarme qui émet un cuic-puic peu dissuasif. Quant à la bombe lacrymogène, je n'étais pas sure qu'elle soit autorisé par la
loi. Une boite de poivre en poudre ? Encore me faudrait-il avoir la présence d'esprit !


Répondre
P


De manière générale je crois qu'en France on est pas mal en retard dans certains domaines, dont le traitement de la violence ... Au Canada par exemple, pour assurer la sécurité des maisons
d'habitation, il est dans les moeurs de s'organiser entre voisins pour assurer des rondes. Chacun de manière générale ne peut que se sentir plus impliqué pour assurer sa sécurité, mais aussi
celle des autres. Je pense ?
Les cours de self défense sont sans doute une bonne technique à assimiler, qu'elle serve ou non un jour.
J'ai entendu dire par ailleurs qu'un sifflet pouvait être utile ( si on part du principe que les agresseurs agissent si ils pensent avoir peu de risques le bruit peut les faire fuire ... cette
fois là ).
J'aimerais beaucoup savoir ce qu'en pensent aussi d'autres personnes ? Les idées, les solutions que chacun a pu mettre en place ?
A bientôt Armide et bonne journée