VIOLENCES, HM, VIVRE & TRAVAILLER / Extrait d'un texte issu de l'association Stop Souffrances au Travail

Publié le par passions et actu

 Le Harcèlement moral au travail, dans la Fonction Publique

 

 

L'autoritarisme est un mode de gestion du personnel. Les salariés ou les fonctionnaires peuvent y faire face.

Au contraire, le harcèlement prend pour cible ( en l'occurence )  un fonctionnaire, qu'on va isoler et qui va perdre peu à peu toutes possibilités  de se défendre, jusqu'à ce que sa santé physique et mentale s'en trouve altérée.

Le fonctionnaire ne sait pas ce qui lui est reproché car le système est basé sur la rumeur et l'obscurantisme.

 

Le contexte pathologique de certaines administrations conduit à désigner un bouc émissaire qui portera le poids de tous les dysfonctionnements et carences  du  système.

 

Certains fonctionnaires sont "protégés" et peuvent impunément nuire. Ils sont reconnus pour leur servilité, non pour leur compétences professionnelles.

Il est parfois très difficile de démasquer le commanditaire du harcèlement car celui-ci se salit rarement les mains, préférant se servir d'intermédiaires. Ces derniers sont eux-mêmes manipulés mais pensent gagner promotion et considération.

 

Celui qu'on considère remettre en cause ce système est à abattre, du moins moralement, mais il arrive que les cibles se suicident ...

Les responsables cherchent leurs intérêts personnels et ils oublient qu'ils sont au service de l'intérêt général.

 

Le harcèlement est un processus difficile à décrire concrètement. Des faits, pris isolèment, semblent bénins et la victime qui les raconte passe pour une malade.

C'est la vie privée, la personnalité, l'identité humaine de la personne que l'on remet en cause.

 

Un des buts du harcèlement est de provoquer chez la cible des réactions qui viendront confirmer ce dont on l'accuse. Par exemple, on ne l'informe plus des réunions, ou on lui interdit d'y assister. Ensuite, on lui reproche de ne pas avoir l'esprit d'équipe. La cible est ainsi de plus en plus isolée et on la catalogue "associale", même si au départ elle était très ouverte aux autres. Cette instrumentalisation est très douloureuse et il n'est pas aisée de s'en défaire !

 

Réaction des collègues : de la résignation passive à la collaboration active, les actes de solidarité s'avèrent rares. Ceux qui dénient leur lâcheté sont les plus dangereux car ils veulent prouver que la victime est coupable ...  afin de prouver qu'ils ont raison.

Le harcèlement se développe dans un climat collectif malsain. Il engendre la division, la rivalité, parfois la terreur.

Rien n'est dit ouvertement mais "on" laisse entendre qu'il ne faut pas parler au collègue pris pour cible. Certains, pensant être épargnés par le harceleur s'acharnent contre leur collègue et lui mettent leurs propres erreurs sur le dos.

 

Stratégie pour sauver sa peau : cette stratégie ne peut s'élaborer qu'avec des tierces personnes et à condition du prendre du recul. La victime met toujours trop longtemps à réaliser que la situation est anormale, car elle a toujours espoir que ça va s'arranger.

Elle dépense inutilement toute son énergie à se justifier avant de comprendre que de toute façon elle aura toujours tort.

Elle accepte difficilement l'arrêt maladie prolongé, mais c'est pourtant le seul moyen d'enrayer la destruction de sa personnalité, en se reposant et en coupant la relation malsaine avec le ou les harceleurs.

Elle a beaucoup de ressources personnelles à utiliser, mais à condition d'être bien conseillée et aidée. C'est souvent une question d'urgence pour "sauver sa peau", avant d'envisager une issue avec des aides extérieures à l'administration.

 

L'emprise du harceleur est telle que la victime ne voit pas les mains tendues et elle peut se tourner vers des personnes prêtes à lui enfoncer la tête sous l'eau.

 

Acteurs à éviter : responsables hiérarchiques lorsqu'ils sont directement impliqués, les personnes malveillantes mais qui s'empressent d'intervenir à la place de la victime, les collègues dans le cadre du travail et s'ils sont missionnés par le harceleur.

 

.../ ...

 

La seule arme efficace contre le harcèlement est la prévention qui empêche son déclenchement. Et depuis la loi de modernisation sociale, chaque employeur - public, ou privé - a l'obligation de préserver la santé - physique et morale - des salariés.

 

Les nouvelles méthodes  de gestion du personnel  ( coaching, régulation, management ... ) ont des résultats souvent contraires aux buts affichés.

 

Proposition : s'en référé à ce qu'on jugerait normal pour soi ...