VIOLENCES HM VIVRE & TRAVAILLER / www.avft.org

Publié le par passions et actu



... Relevé sur le site
de l'association contre les violences faites aux femmes au travail



"Les hommes aussi sont harcelés"
Oui c'est vrai, mais aucune violence n'en annule une autre

"Le harcèlement sexuel a toujours existé"
Cet argument sert a légitimer, perpétuer toutes les injustices, tous les rapports de domination. On a tenté ainsi de justifier l'esclavage, la torture, l'apartheid ...

"On va vers une société à l'américaine"
Un prétendu abus à l'américaine est invoqué comme un danger qui menacerait
la société française. Il s'agit en réalité de dissuader les femmes en France de porter un regard critique sur les relations hommes/ femmes, sur la liberté sexuelle à la française, sur une certaine conception de la galanterie, ou de la séduction.
Cet argument sert aussi bien la réalité de l'agression que le débat de société sur les relations entre hommes et femmes et sur les relations au travail.

"Vous vous faites des idées"
En récusant la perception de la réalité de la victime, sa capacité d'analyse et par là même la réalité de l'agression, il s'agit d'empêcher toute dénonciation.

"Vous prenez vos désirs pour des réalités"
Le vécu de la violence est invalidé et la victime est accusée d'imaginer une intention sexuelle. Par là même, on sous-entend qu'elle est "frustrée" ou "nymphomnane".

"Ne l'auriez vous pas provoqué ?"
Quelles que soient les variantes de cette affirmation : comment étiez vous  habillée ce jour là ... mignonne comme vous êtes ... vous n'y êtes pas pour rien  ... votre attitude n'était- elle pas aguichante ... C'est toujours une manière d'opérer un transfert de culpabilité, en rendant la victime, la cible, responsable de l'agression dont elle est l'objet.

"Vous n'aviez qu'à ..." ( réagir plus tôt, dire non, lui donner une gifle ... )
Cette approche occulte d'emblée l'agression et l'agresseur en mettant au premier plan le comportement de la victime et ses capacités à réagir. C'est partir du postulat que toute victime devrait maîtriser une agression. Objets d'agressions, les victimes ne sont considérées comme sujets que pour leur faire endosser une responsabilité qui n'est pas la leur !

"Vous avez bien accepté jusqu'à présent"
L'acceptation, un jour, de relations sexuelles ou d'une invitation extra-professionnelle ... ne vous prive pas de votre droit de les refuser ultérieurement. Par ailleurs, "céder n'est pas consentir". Le contexte dans lequel le consentement aurait été accordé doit être pris en compte. Quelle est en effet la validité d'un accord donné sous la contrainte physique, psychologique ou économique ?

"C'est une cabale, un complot, un coup monté"
L'agresseur devra alors justifier et prouver ses allégations. Il lui faudra s'expliquer sur les mobiles et votre intérêt à vous venger, à mentir ...
Ces allégations seront appréciées au regard des conséquences pour une victime ( risques d'une plainte pour dénonciation calomnieuse, coût humain, financier, personnel ... ).
Les motivations exprimées par les victimes sont diverses : que l'agresseur cesse ses agissements, qu'il ne recommence pas avec d'autres femmes, que leur intégrité et leur dignité soient restaurées.