VIOLENCES, HARCELEMENT MORAL / films, étude sur le HM, émission télévisée avec Stéphane Tagliavacca

Publié le par passions et actu


Pour information ou rappel : www.harcelementautravail.over-blog.com
Stéphane Tagliavacca ( blog ci-dessus ) passera dans l'émission :
"J'en fais mon affaire" le 3 avril 2010, à 23 heures, sur FRANCE 3


***
http://www.cinefil.com/film/sauf-le-respect-que-je-vous-dois


" Ce film,  réalisé par Fabienn GODET nous montrer que la mort peut survenir dans les locaux de nos entreprises soumises à une pression de plus en plus forte, pression morale que nous connaissons tous trop bien;
Le film nous conduit sur les chemins de la douleur dans le milieu du travail. Il sonne comme un cri qui nous ébranle au plus profond de l'âme. On se dit : cela suffit, plus jamais cela !
Ce film reste quand même un "divertissement" mais c'est une fiction qui fait réfléchir. Nous l'espérons.
A voir absolument !"

( Association Stop Souffrances au Travail dans une lettre d'information interne à l'association )


http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=108678.html


Qu'on soit directement touché par ce fléau, ou qu'on le soit par personne interposée,
Que cette traque organisée se conjugue au passé, au présent ... ou au futur.

Pour ne pas oublier. Pour réfléchir. Parce qu'on est tous  concernés.
Pour apporter aide et soutien à ceux qui en ont besoin. Ne faites pas, ne faisons pas de la non assistance à personne en danger.
***

HARS - association de réflexion et de soutien contre les pressions morales dans les lieux de travail

.../ ...

" Le harcèlement est une forme de guerre des nerfs, n'ayant rien à voir avec les petits accrocs de la vie professionnelle. Il s'agit d'une stratégie d'une ou plusieurs personnes à l'encontre d'une autre, collègue, cadre,  patron...
Le sexisme, le racisme, l'homophobie, la jalousie sont des vecteurs du harcèlement...
Il s'agit de faire monter un climat d'insécurité annihilant toute forme de contestation
.../ ...
Le coût pour les sociétés est tout à fait net : absentéisme, manque d'initiatives, rétention d'information, diffamation.

L'absence de législation ( ou l'absence de son application ), le fait que ni la médecine du travail ni les services sociaux n'apportent de réponses à ce problème font que certains pervers pensent jouir de l'impunité."

***
"La démarche des dictateurs en puissance, qui imposent leur tyrannie à un cercle restreint de personnes, ont une démarche qui les apparente de très près aux dirigeants des sectes.

On peut décortiquer le processus de manipulation en quatre phases :

* séduction, ou emprise,
* empilement, qui correspond à la répétition de petits actes d'agression, apparemment anodins quand pris séparément mais visant la déstabilisation de la victime
* fausses promesses
* destruction : qui s'accentue au fur et à mesure de la relation, pour atteindre son paroxysme dès réaction de la victime.

Ces 4 phases peuvent se téléscoper dans le temps. Les étapes 2 et 3 vont souvent ensemble. Les fausses promesses faisant croire au rachat, ou à un changement qui n'aura bien sûr jamais lieu mais permettent de rajuster l'emprise sur la victime et de poursuivre l'oeuvre de destruction.

C'est la fréquence et la répétition dans le temps des agressions qui rendent le processus pervers destructeur"

***
Conseils & remarques rassemblées à travers lectures ou entretiens divers

- répétez vous sans cesse combien il est jouissif ( dans le meilleur sens du terme ) de garder son calme et de se maîtriser face à quelqu'un qui perd les pédales ( ou qui paraît les perdre ... )

- Restez sûrs de votre bon droit.

- Ne laissez jamais l'envie de vengeance vous "bouffer", vous ronger, vous détruire ... achevant ainsi le travail du harceleur

- Face à la haine, répondez par l'intelligence

- Refuser encore et toujours la violence et les actes d'intimidation

- Ne vous laissez pas pousser à la faute ( n'hésitez pas à faire reformuler par écrit ce qu'on vous demande de faire )

- Une situation de harcèlement s'achève généralement par votre départ du service ou de l'entreprise. Tant que vous le pouvez, accumuler toute les preuves que vous pourrez, sachant que bien rares sont les collègues qui accepteront de témoigner en votre faveur ( incompréhension, participation active ..., ou encore loi de la peur ... ).

- Par écrit n'utilisez jamais le terme de harcèlement moral. Ou très éventuellement sous forme interrogative. Les faits décrits doivent amener le lecteur à cette conclusion.

- Tant que vous le pourrez, tâcher de considérer la situation en réfléchissant avec calme. Interrogez directement la ou les personnes qui paraissent vous reprocher quelque chose ( puisque vous êtes asticoté, surveillé, insulté ... c'est sans doute qu'on vous reproche quelque chose. Qu'on vous l'explique clairement ( et même si vous n'êtes pas, ou plus dupe de la situation, en profiter pour rappeler qu'en entreprise = un travail bien fait suppose un minimum de calme, une bonne transmission des informations et une juste cohésion de l'ensemble de l'équipe de travail ... )

- Ne vous laissez jamais allez à vous lamenter ou à vous répandre en insultes. Plus vous prendrez de la distance avec vos harceleurs, plus vous vous préserverez sur le court, moyen et long terme

- Conseil éminemment pratique : mettez plus que jamais de l'argent de côté. Vous allez en avoir besoin. Vous allez perdre des plumes. Il faut le réaliser. Mais sauver sa peau reste finalement la seule chose essentielle. IL NE FAUT JAMAIS L'OUBLIER.

- Essayer d'imaginer, concrètement, de quoi demain pourrait être fait ailleurs

- Cultiver ses compétences actuelles et ses compétences futures ( formations, lectures, conférences, salons,  ... )

- Continuer encore et toujours à refuser d'être manipulé, harcelé, vidé de votre énergie, de votre intelligence, de votre personnalité, de votre joie de vivre

- Refusez de vous laisser donner mauvaise conscience. Faites confiance à votre capacité d'analyse et aux signaux  d'alarme que vous envoient votre cerveau et votre corps

- Votre entourage ne pourra jamais se mettre à votre place. Vous avez des responsabilités envers vous même.
Si vous sentez qu'il faut vous arrêter, arrêtez vous AVANT qu'il ne soit trop tard : suicide ( on peut hélas y arriver  dans une espèce d' état second = impossibilité d'arriver à réfléchir, souffrance intolérable à laquelle on peut "juste" chercher à échapper ). Mais on peut aussi sombrer en tombant gravement malade, en basculant dans une dépression majeure ...

N'oubliez jamais les responsabilités que vous avez envers vous mêmes.


- Ne cessez jamais de vous exprimer



Et pourquoi ne pas rappeler que " respecter les autres, c'est un premier pas vers l'estime de soi" ... Mais on ne  peut raisonner  avec  les harceleurs.


***

Entendu cette semaine sur France Info

Un député dont je n'ai pu relever le nom s'exprimait ainsi :
"On peut parler d'organisation folle du travail. C'est un sujet qui devrait être traité en priorité"

***


Rubrique à compléter ...