Sully Prudhomme, "14-18", "39-45"/ Chemin d'hier, chemin d'aujourd'hui...

Publié le par passions et actu

Récemment je suis tombée par hasard sur quelques lignes d'un joli poème de
Sully Prudhomme :
 
" Je n'aime pas les maisons neuves,
Leur visage est indifférent
(...)
Les anciennes, leurs portes sont hospitalières
A force d'avoir accueilli"
(... )
 
*
 
A la suite de cet extrait, je me suis fait la réflexion toute personnelle qu'ancien et moderne allient en fait solidité, beauté et fonctionnalité.
Quand j'étais enfant, j'allais régulièrement apporter des revues à une (très ? ) vieille dame, à l'étonnant regard plein de vivacité.
Elle vivait depuis toujours je crois dans sa grande maison aux volets verts.
La maison s'appelait "Saint-Saëns" ( dans la ville, nombre de villas portent encore le nom de compositeurs de musique ). 
Mais un jour la maison a été abattue, le jardin dévasté et la maison aux yeux si longtemps fermés a cédé la place, il y a un peu plus de 20 ans, à un immeuble flambant neuf qui a fait la joie des promoteurs, chaque appartement étant vendu très cher (  + ou - au prix de vente de la maison... comme j'en ai, je crois, "bassiné" alors  tout  mon entourage ?! ).
Le chemin qui bordait la maison existe toujours. Ma grand-mère, enfant, y avait vu un très jeune voisin de 19 ans, en 1914, partir s'engager en courant ( "en courant ! ", disait-elle, "en  courant !" ). Un mois plus tard, sa famille apprenait brutalement sa mort. Début d'une sale guerre qui n'allait pas être la Der des Der... comme "39-45" nous le rappelle.
 
 
 
 
 

Publié dans RENDEZ-VOUS DE L'ANNEE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article