ETRANGER / Haïti - Quelle vie pour les rescapés ? Quel avenir pour le pays ?

Publié le par passions et actu




Quelles que soient nos occupations ou nos préoccupations ordinaires, tous nous pensons à HAITI. On ne vit pas forcément l'oeil et l'oreille collés sur la lucarne de la télévision ou la radio allumée en permanence. Aussi chaque nouvelle qui nous arrive à heures fixes  nous fait traissaillir en nous faisant replonger dans un monde auquel on est bien heureux de ne pas appartenir - mais qu'on a l'illusion de rejoindre quelques instants. D'ailleurs n'est-il pas miraculeux, une semaine après un tel tremblement de terre de retrouver des vivants parmi les décombres : bébé, adulte  ...

Comme l'a dit un jeune haïtien resté bloqué dans un ascenseur, il a fallu que Dieu  l'aime donc un peu. Qu'on soit croyant, ou qu'on ne le soit pas, sa foi a aidé cet haïtien. A conserver son calme, à ménager ses forces et l'oxygène ...  au maximum.  D'une manière très "terre à terre" si j'ose dire, je pense à ces plongeurs, perdus dans un goufre sous-marin. Dans les mêmes conditions certains s'en sortent. D'autres pas. La différence je suppose : arriver ou pas, à résister  à la panique.
Les médecins de leur côté apportent une réponse physiologique : les nourrissons et les personnes âgées en particulier auraient la capacité en situation de stress, avec péril vital, à ralentir leur métabolisme - ce qui expliquerait donc que des personnes aient pu être sorties vivantes  des entrailles de la terre une semaine après le séisme.
Et dans mon petit blog qui cultive comme tous les autres vaillants petits blogs " l'illusion d'être lus" ... un mot quand même aussi, pour les animaux. Dont la presse ne parle jamais dans ces cas là. J'ai bien aimé moi, voir des rescapés avec leur chat dans les bras. Voilà c'est dit. Ne sommes-nous pas tous créatures de Dieu ?!  Et  évoquer Dieu  n'est pas si déplacé dans un pays comme HAITI,  à 80% catholique ! (non, on n' ouvrira pas d'autre débats ).


J'évoque ces faits pêle-mêle en apparence, mais  derrière ces faits, une réalité apparaît une nouvelle fois : il faut un séisme d'une ampleur phénoménale pour que les médias et les populations se penchent  sur un territoire oublié, une île maudite.Et sur cette île maudite si constamment soumise aux troubles socio-politiques, soigneusement oubliée des tours opérateurs ... voilà qu' un voile se déchire et qu' on découvre l'existence d'êtres humains, de chair et de sang ( comme nous )  qui ont  tout perdu. Mais nous ne vivons pas en direct  la faim, la soif, l'écroulement d'un pays, d'une ville, de sa maison, de sa famille, d'une vie. Nous ne vivons pas les risques d'émeute, de meurtre, de règlement de comptes, que sais-je encore .
 
Pour ceux qui souhaitent faire un geste et donner de l'argent ( quelques 9 millions seraient réunis à ce jour en France ), on peut se tourner vers la Fondation de France ( www.fondationdefrance.org ).
Mais que  dire  à ces familles françaises qui cherchent désormais à recueillir au plus vite les enfants adoptés ( ou en cours d'adoption ) ...

Oui la situation est dramatique. Mais au risque ( peut être ? ) de heurter certaines personnes qui me liront, cette "fin de monde" - ce jour où tout s'arrête et où il faut pourtant continuer à vivre, mais avec quoi, pour aller vers quoi ) d'autres chez nous, en France, en Europe, la vivent. Dans le silence quasi générale - Je pense ( par exemple ) à tous ces sans abris que l'Abbé Pierre ( au lendemain de la seconde guerre mondiale ... il y a 60 ans ) a pris "en charge". Et qui sont toujours là.
Les paroles d'une chanson ( pourtant des années yéyé ) me remontent en mémoire : "'la terre n'est pas paradis".

A l'issue de ce genre de réflexions ( pas totalement genre "psycho-vaseuses" ) peut-être avez vous eu envie comme moi  d'en savoir notamment un peu plus sur  Haïti. Pour ma part, je  suis allée  par exemple sur le site de www.geo.fr pour nous écarter un instant de "l'agitation actuelle" et "connaître" le pays avant le séisme -

Je reparlerais bien sûr avec vous de HAITI, de l'ampleur de l'aide mise en place et de l'évolution de la situation du pays, en évitant les "guerres de clocher" qui nous passent carrément au-dessus de la tête.


www.accueillons.org



HAITI

 

CARTE D IDENTITE

 

Capitale: Port-au-Prince
Monnaie : La monnaie utilisée en Haïti est la gourde (ou dollar haïtien).
Fête nationale : Indépendance, 1 Janvier (1804)
Décalage horaire : Lorsqu'il est midi en France, il est 6 h du matin en Haïti en hiver et 5 h en été.
Langue officielle : Français, créole
Villes principales : Cap Haïtien, Pétionville, Gonaïve (1ère ville – historiquement – de HAITI ), Les Cayes, Port-de-Paix
Religion : 80% des habitants d'Haïti sont catholiques et près de 20% sont protestants. Une très large part de la population pratique les rites vaudous.

 

Haïti compte environ 9,8 millions d' habitants


CLIMAT  

Tropical, avec une saison sèche ( déc/ mars ) et une saison humide ( avril/ Octobre )  

GEOGRAPHIE  

HAITI partage l’île d’Hispaniola avec la République Dominiquaine.  

RELIEF  

Principalement constité de montagnes escarpée, avec des petites plaines côtières ( 1771 kms de côtes haïtiennes ) et des vallées. Grand plateau dans la partie centrale du pays, avec un point culminant ( 2674 mètres d’altitude ) au Pic de la Selle. 
 

SUPERFICIE  

247 050 km2

A VOIR/ A FAIRE

 Visite de la capitale, PORT AU PRINCE avec son marché, sa cathédrale, le musée d’art du collège Saint-Pierre, le musée du Panthéon national haïtien, le quartier du Champs de Mars, le bassin bleu et ses grottes et cascades - l’île de la Gonave, les plages de sable noir - le Cap Haïtien et son Palais Sans Souci - randonnée sur le Pic de la Selle - le village artisanal de Kenscoff - les parcs nationaux de Macava de la Visite et de la Citadelle, inscrits au patrimoine mondial de l’Humanité.
 

FAUNE  

Plus d’espèces très rares du fait de la destruction des espaces naturels. Mais encore de nombreux  caïmans, ainsi que des pélicans et des mygales. 

FLORE 

141 espèces d’orchidées, plus de 1000 espèces de fougères, notamment dans les parcs nationaux. Les sommets sont recouverts de pins forestiers, tandis que les chênes, les cèdres et les acajous peuplent les vallées. Cependant HAITI subit de plein fouet les campagnes de déforestation.

FESTIVITES 

Hormis la fête de l’Indépendance, il y a :

La fête des ancêtres ( 2 janvier ),

Fête de l’Amérique ( 14 avril ),

Fête du travail ( 1er mai ),

Fêtes du Drapeau et des universités ( 18 mai )

Fête de la souveraineté nationale ( 22 mai ),

Anniversaire de la mort de Dessalines, empereur d’HAITI ( 17 octobre ),

Fête des Forces armées ( 18 novembre ),

Célébration de la découverte d’HAITI ( 1492 )

 

LES PLUS DE HAITI 

Séjour facilité par l’usage du français

Intérêt pour les pratiques liées au vaudou


GASTRONOMIE  

Inspiration française et créole. Plat principal souvent accompagné de riz, de pois congo, de bananes, ou de haricots rouges.

Fruits tropicaux en abondance  

PRODUITS DU TERROIR LES PLUS TYPIQUES  

Bœuf à l’haïtienne ( avec une sauce aux oignons, poivrons verts, tomates et safran ),

Poulet boucané ( sauce à l’ail, au citron, à l’échalote et au piment ),

Boudin créole, colombo d’agneau, de poulet, de crevettes,

Gratin de morue aux ignames ( sorte de pommes de terre locales ),

Crevettes panées à la noix de coco

Acras de morue

ALLER A HAITI 

Environ 11 heures de vol depuis Paris, avec escale à Pointe à Pitre 

SE DEPLACER A HAITI 

Circulation anarchique. Aucun réseau ferroviaire ni aucune liaison aérienne. Bus souvent bondés et en très mauvais état pour relier les villages. Option la plus sûre : louer un 4X4, avec un chauffeur local






www.geo.fr 











Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

Il faut souvent des drames pour que l'on se penche sur l'état d'un pays...Une bien drôle de société ou les titres du 20 heures doivent faire sensation...c'est bien triste.
Bonne soirée


Répondre
P

la situation, de HAITI en l'occurence est effrayante mais qu'en sera t il dans qq semaines lorsque l'attention des médias sera passée à autre chose. Drôle de société qui recherche le sensationnel
avec ses gros titres oui on peut le dire. Bonne soirée