2010 --- Cause nationale contre les violences psychologiques

Publié le par passionsetbilletsactu

VIOLENCE SOUS TOUTES SES FORMES

VIOLENCE INACCEPTABLE 



  "La violence doit être traitée en prévention
et en répression par la société"  ...



 Je suis personnellement étonné que la violence ne fasse  pas ou peu l'objet d'un  débat unique. Pour moi les violences exercées  paraissent relever d'un mécanismes étrangement semblable chez ceux qui se prêtent à de tels actes, comme chez les cibles  ( lesquelles  perdent toujours beaucoup de temps à  essayer de rationaliser  le  plus immonde des actes : le meurtre ( ou la tentative de meurtre )  physique et/ ou  moral.
Cette rubrique  ( coupures de presse  et commentaires personnels )
est  bien modeste. Mais si elle peut être pour certains, certaines,
un lieu  de réflexion et d'action personnelles et solidaires  ...

D'autres blogs pourront apporter
des éclairages précis, en particulier sur un plan juridique
( des solutions peuvent et doivent se mettre en place ) . La dérision  n'a pas à être utilisée dans un tel domaine. Ne faisons pas de la non-assitance à personne en danger. Ne précipitons pas avec une joie démoniaque son collègue  ( par exemple  ) au bord du gouffre, en se demandant sans doute :
sautera ? sautera pas ?
Eh bien non,  beaucoup seront récupérés à temps en s'extirpant d'un milieu profondément malsain, qu'il  soit  d'ordre  professionnel ou privé.

Je pense aux violences des hommes conre les femmes, des femmes conre les hommes, des parents contre leurs  propres enfants, du harcèlement en entreprise ou dans la fonction publique,  de ceux qui profitent de la vulnérabilité des personnes âgées ....
( liste malheureusement non exhaustive )

-

"LIBERATION "  - La domination masculine  
07/12/ 2009

Lors des violences contactez Police secours :
17 ou 112 depuis un téléphone portable

 

Empruntant à Pierre Bourdieu le titre d’un livre,  le cinéaste belge Patrice Jean vient de réaliser un documentaire qui fait l’effet d’une bombe. Pourquoi les hommes dominent-ils les femmes dans la quasi-totalité des sociétés actuelles?
Cette domination mène-t-elle forcément à la violence? … / …

La violence -qu’elle soit féminine ou masculine- est avant tout humaine,
disent-ils. Elle fait partie de nos pulsions. Et il nous appartient de maitriser ces pulsions, de les sublimer, de les transformer en quelque chose de constructif.
 Le problème, évidemment,
c’est quand certains individus expriment leur violence de la façon
la plus archaïque …/ …

Pour quelle raison la violence féminine ne fait-elle l’objet d’aucune étude? Serait-ce que cette violence s’exprime de façon plus insidieuse? plus verbale? moins physique (donc moins spectaculaire ) ? Ou serait-ce, tout simplement, que les victimes n’oseraient pas porter plainte? La violence psychologique, invisible, est certainement plus difficile à faire constater que les coups et blessures.
Mais est-elle moins destructrice? … / …

La violence est le contraire de la domination.
La violence est un aveu d’impuissance … /


&

LA VOIX DU NORD - Violences conjugales
( déc  2009 )

Le 25 novembre avait lieu la journée internationale pour l'élimination de la violence
 à l'égard des femmes. Rencontre avec Frédérick Teissière,
médecin urgentiste à l'hôpital Duchenne. ...

Qui cela touche-t-il ?

Toutes sortes de femmes dans tous les milieux sociaux ! Le profil de l'homme violent est plus stéréotypé : séduction puis dévalorisation de l'autre, mise sous tutelle économique, domination...
La victime est réduite à l'état d'objet
mais elle espère toujours que son conjoint arrêtera
et redeviendra le bon mari qu'il sait être parfois. 
…/ …

Comment réagissent les victimes ?

C'est très délicat. Elles ont un sentiment de
honte, elles sont inquiètes par rapport à la prise en charge de leurs enfants. Il faut donc s'assurer qu'il y a un entourage soutenant qui va pouvoir les aider. Leur culpabilité est forte surtout si elles déposent plainte et que la cellule familiale explose.
Or ce sont elles les victimes !
Si elles ne réagissent pas,
cela confère une sorte de légitimité au conjoint violent
 et elles s'exposent à une récidive de sa part
… / …




A SUIVRE ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R

je suis en instance de divorce a ma demande ma future ex a dilapide mon travail de 18 annees et ne m'as rien laisser meme pas une voiture pour aller chercher mes enfants nous en possedons trois mon
materiel de travail vendu ou donner a ses amis nous avions aussi des chevres des chevaux, mes vetements aussi je me suis retrouver a la rue avec 2 pantalons une veste un pull et quelques
sous vetement devant Madame la juge le 08 10 2009 Madame avait promis de me restituer une partie de mon materiel a ce jour je n'ai toujours rien si les dettes que Madame a laisser et que j'assume
seul (je ne vais pas raconter ma vie ici mais la realite et bien la nous les hommes ont payes et nous devons ferme notre gueule c'est toujours l'homme le chien enrager pauvre femme sans defence et
nous ne pouvons rien dire nous sommes toujours les coupables interdit de voir les enfants ou de leur parler au telephone c'est tres dure d'avoir des relations normales pere enfants dans un contexte
de chantage que les femmes employent pour nous pousser a bout je veut dire certaine femmes pas toute heureusement que me reste t-il payer fermer ma gueule ou crever comme Madame m'a dit c'est
tout se qu'il me restait a faire heureusement le plus beau cadeau de sa part se son mes enfants que j'aime je veut aussi les voirent grandirs et s'epanouirs dans l'avenir moi j'en ai plus derriere
que devant et je ne fait plus confiance en la justice ses representants et a l'avocate de Madame qui lui a conseiller de tout vendre que je ne pouvais rien faire etant marie sous le regime de la
communaute je ne pense pas etre un cas isole mais que faire quand on ignore ses droits je suis juste un pere qui voudrais comprendre pourquoi tant d'inegalite entre un homme et une
femme  


Répondre
P

Bonjour,
Je souhaiterais que d'autres pères puissent vous répondre. Hommes ou femmes, certains divorces sont particulièrement atroces. J'espère sincèrement que vous arriverez en tout cas à vous préserver et
à préserver la relation avec vos enfants.
C'est vrai que le rôle des pères est parfois toujours mal reconnus. Mais c"est vrai que souvent c'est la femme ( sans qualification professionnelle suffisante, ou face à un mari violent ) qui peut
être véritablement en perdition. 

PS/ Quelqu'un m'a dit avoir connaissance d'un organisme qui peut aider dans bien des situations conflictuelles. Pour vous, comme pour d'autres peut être voici le site que j'ai retrouvé : www.cler.net

Sincèrement bon courage à vous et bien amicalement


A

Il faut avouer que la femme est encore très économiquement et socialement vulnérable, et qu'elle hésite d'autant à accomplir le geste qui devrait la libérer de la violence conjugale. Et ce d'autant
plus dans les conjonctures actuelles.


Répondre