Tous concernés - "André BERCOFF dans tous ses états" / Personnels navigants et effets secondaires : La sécurité de tous peut être impactée - Entretien avec Maître Diane PROTAT, avocate au barreau de Paris le 16 juin 2022

Publié le par Passionsetbilletsactu

En 2021, on était encore déclaré "complotiste" si on parlait d'effets secondaires (faut il encore parler d'ailleurs au passé... ? )

 

En france 160 000 "déclarations" d'effets secondaires recueillies par l'Agence Nationale  de Sécurité du Médicament (ANSM ) - Et la réalité est sans doute très sous-estimée : "Environ 1 personne sur 10 seulement fait une déclaration"...


24000 "personnels navigants en France -

Ceux qui ont rejoint le collectif français se joignent aussi  à  un  collectif international de personnels navigants

( Actions aux côtés notamment du  collectif de sage femmes s'interrogeant sur la vaccination des FEMMES ENCEINTES )

------

Légalement ///
- le risque "acceptable" de crash aérien est de un cas sur un milliard
- un équipage, en particulier  pilote et copilote ne doivent pas avoir le même repas
- certains médicaments ne doivent pas être pris avant un vol ( par exemple les anti-histaminiques)

------
Maître PROTAT : en matière de sécurité aérienne, au moindre doute, on s'abstient -

Il est particulièrement incroyable que ni le Conseil d'Etat, ni la Cour Européenne des Droits de l'Homme n'ait réagi

(mais au Sénat l’OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES a déclaré qu'il faut réévaluer la balance bénéfice/ risques pour certaines catégories de population, en particulier :
les femmes enceintes,
les enfants)

------

Quelques témoignages (tous ont été effectués sous serment devant la Commission d'Enquête du Sénat sur les effets indésirables des vaccins contre le Covid ) ///

- 17 janvier 2022 / Sur un vol Antilles/ Paris, avec 270 passagers = AVC en vol du commandant de bord
(lequel a fait sa 3e dose de vaccination covid 10 jours auparavant)
Déroutage de l'appareil aux Açores par le co-pilote

 

- 14 juin 2022 / Sur un vol allant d'Inde à Paris,avec 250 passagers à bord =
Douleur intense et paralysie latérale d'un navigant d'une trentaine d'années, souffrant de douleurs chroniques  après s'être fait vacciné "deux doses" - Suspicion d'un AVC par le SAMU contacté en vol, nécessitant le déroutage de l'appareil en Roumanie

 

- Suspicion de myocardite chez un pilote après 3e injection du vaccin Pfizer. Douleur et fièvre. Test PCR négatif - 12 jours après = douleur à la poitrine, à la machoire, à l'avant bras, avec essoufflement et forte fatigue - Admission aux Urgences, puis en soins intensifs
AUCUN ANTECEDENTS CARDIAQUES - Diagnostique de myocardite aigue, confirmé par IRM  dû au vaccin

 

- Pilote d'hélicoptère = à la suite d'un examen de contrôle, on découvre qu'il a fait un infarctus
Déclaré alors "inapte au vol" et  Le médecin fait la corrélation avec le vaccin Janssen fait 6 jours plus tôt

 

- Hôtesse de l'air = vaccinée le 5 août 2021 a commencé (4 jours après avoir reçu sa 1ère dose de Moderna ) à avoir des saignements extrêmement abondants, avec des caillots de sang.
Son gynécologue à la suite de cette précision l'a traite de complotiste.
N'avait jamais eu aucun problème gynécologique
Faisant confiance aux médecins, elle suit cependant le schéma vaccinal complet
A voulu reprendre son travail au mois d'octobre 2021.
Ses hémorragies pouvant cependant arriver n'importe quand (donc en vol... ) elle a dû faire un choix entre son travail... et son utérus

 

------

- Les cas relevés sont apparus chez des personnes en bonne santé, relativement jeunes, extrêmement bien suivies...

 

- Très grave aujourd'hui, absence (?) de la conscience de la balance bénéfices/ risques pour des professionnels qui se doivent d'assurer la sécurité de leurs passagers

 

- Deux points fondamentaux = les effets de masse et la temporalité ( Incidents proches de la vaccination. Et pique constaté lors mise en place pass sanitaire et vaccinal )

 

- Le collectif regrette l'extrême pression exercée qui amène  en l'occurrence médecins et personnel navigant à ne pas déclarer les effets indésirables dont ces derniers peuvent être  victimes

 

(C'était en janvier 2009 - Maîtrise exceptionnelle de tout un équipage, en particulier du pilote, également rompu aux techniques des "planeurs"... )