Jésus guérit un enfant - Il choisit ses douze apôtres - Le Centurion - La mère et les frères de Jésus (4/16)

Publié le par Passionsetbilletsactu

Jésus guérit un enfant - Il choisit ses douze apôtres - Le Centurion - La mère et les frères de Jésus (4/16)

JESUS GUERIT L'ENFANT D'UN OFFICIER 

Cet officier, apprenant que Jésus arrivait, alla le trouver et le pria de venir chez lui pour guérir son fils qui était près de mourir.

Jésus lui dit :"A moins que vous ne voyiez des prodiges et des miracles vous ne croyez pas"

"Seigneur" reprit le père "venez avant que mon fils meure"

"Va" lui dit Jésus," ton fils est guéri".

L'officier crut à la parole de Jésus et s'en retourna chez lui. Le lendemain, il rencontra ses serviteurs en chemin qui venaient lui annoncer que son fils était guéri. Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux. "Hier, à la septième heure" lui dirent-ils, "la fièvre le quitta". Le père reconnut que c'était l'heure même où Jésus lui avait dit :"Ton fils est guéri". Et il crut en lui et toute sa famille y crut aussi.

 

JESUS CHOISIT SES DOUZE APOTRES

Ayant prié toute la nuit, il appela ses disciples. Il en choisit douze parmi eux, auquel il donna le nom d'Apôtres, qui veut dire "envoyé". Ces douze Apôtres étaient : Simon (que Jésus nomma Pierre), Jacques (fils de Zébédée), Jean (frère de Jacques), André, Matthieu, Jude, Philippe, Thomas, Simon le Cananéen, Barthélemy, Jacques (fils d'Alphée), Judas Iscariote.

Au moment où Jésus choisit Judas, celui-ci était très bon et très zélé. Il devint mauvais plus tard parce qu'il aima l'argent plus que tout. En le choisissant pour apôtre, Jésus voulait montrer que même les meilleurs doivent veiller sur eux-mêmes et combattre leurs mauvais instincts.

 

LE CENTURION

Dans la ville de Capharnaüm, un centurion s'approcha de lui. Un centurion était un capitaine romain qui commandait cent hommes, de même que le décurion était un officier qui commandait dix hommes.

Le centurion dit donc à Jésus : "Seigneur, mon serviteur est là dans ma maison et il souffre beaucoup".

Jésus lui dit:"J'irai et le guérirai"

Et le centurion lui dit :"Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison, mais dites seulement une parole et mon serviteur sera guéri".

Ce sont ces mêmes paroles que le prêtre dit au moment de la communion

Le centurion dit encore :" Car moi qui ne suis qu'un homme soumis à la puissance d'un autre, et qui ai des soldats auxquels je commande, je dis à l'un "viens "et à mon serviteur "fais cela" et il le fait".

Jésus dit alors à ceux qui le suivaient :"Je vous le dis en vérité, je n'ai pas trouvé une foi aussi vive dans Israël. Et je vous dis que plusieurs viendront de l'Orient et de l'Occident et s'assiéront avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des Cieux. Tandis que les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures. Là seront les pleurs et les grincements de dents."

Le centurion était romain, non pas juif pourtant il eut foi en Jésus et serait sauvé après sa mort, de même de même que les trois grands Patriarches

 

LA MERE ET LES FRERES DE JESUS

Jésus parla longtemps au peuple, puis on vint lui dire que sa mère et ses frères étaient dehors et demandaient à lui parler. Marie n'a jamais eu d'autre enfant que Jésus, fils de Dieu. Mais en hébreu, ou plutôt en syriaque, langue qu'on parlait en Judée, on appelle frères tous les cousins. Et il y a beaucoup de pays où c'est comme en Judée. Ainsi, en Russie, il n'y a pas de mot pour dire cousin ou cousine. On dit :

sœur, frère au second degré… Dvaïourodnoï Brate = cousine, cousin germain

sœur, frère au troisième degré… Traïourodnoï Brate = cousine, cousin issu de germain

Ainsi, en syriaque, on appelait frères les cousins de Jésus.

L'Evangile ne dit pas si Jésus y est allé, mais on peut le supposer car il aimait et respecter sa mère pour ne pas obéir à ses désirs, comme aux noces de Cana. Cependant il ne manquait pas de rappeler aux hommes qu'ils devaient préférer les affaires de Dieu et obéir à ses commandements.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article