Examen/ Dans la peau d'un candidat...

Publié le par Passionsetbilletsactu

 

Description de cette image, également commentée ci-après

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pangolin

 

(...) "Les candidats de la journée se trouvent regroupés dans une salle munie de bancs d'écoliers. Je m'efforce de respirer. Mon voisin me semble très pâle.

J'ai vingt minutes pour me préparer. L'art de l'oral est celui de la synthèse et de la clarté.

C'est à moi. Je suis dans un état second. Mon corps donne une représentation iconoclaste de l'anatomie, il me faut revoir toutes mes conceptions.

Le coeur est situé au milieu du cerveau, qu'il comprime, ses battements s'effectuent dans les oreilles.

La langue est un organe mi-osseux, mi-cartilagineux, faiblement articulé et recouvert d'écailles sèches, une sorte de pangolin, ce petit mammifère lui aussi hérissé d'écailles.

L'oesophage ? Un chapelet de nodosités, qui conduit à l'estomac. Entre l'estomac et les poumons se situe une boule, sorte de citrouille en plomb qui peut se dilater en écrasant la cage thoracique et les organes internes.

Les entrailles se trouvent réunies en une sorte de chaudron bouillonnant.

En dessous, les jambes sont un assemblage d'os plus ou moins mous, entourés de coton hydrophile.

Les mains, quant à elles, sont faites d'une carcasse fragile, de tendons douloureux, le tout recouvert d'une masse spongieuse qui peut être soit imbibée et dégoulinante, soit au contraire totalement sèche.

Si la température du corps est bien de 37°, il s'agit d'une moyenne, les tempes peuvent être à plus de quatre-vingts, proche du point d'ébullition, tandis que des stalactites se forment le long de l'échine, et gouttent en une sueur glacée.

Me voici projeté devant le jury. Je m'assois, juste en face d'une monumentale pendule...

Dans ma bouche sèche, le pangolin se met péniblement en mouvement. C'est la voix d'un autre qui commence à énoncer mes connaissances en s'efforçant d'introduire quelque éloquence... Tic-tac... Dans les crissements de ses écailles, le pangolin fait entendre des phrases scolaires et de pesantes envolées qui retombent à plat. J'essaie en vain de capter un regard ami, un encouragement. Tic-tac... M'écoutent-ils ? Tic-tac... il faut faire quelque chose.  Alors, presque libéré, je joue le tout pour le tout. Le pangolin perd ses écailles, ma langue est agile, ma voix est claire. Convaincu, convaincant." (...)