JAMAIS PLUS DE FOIE GRAS pour les "Fêtes de fin d'Année"!... Plus de fausse gastronomie ni de cruauté aux Menus des Fêtes/ Désormais un seul maître mot : étonner et charmer les papilles !

Publié le par Passionsetbilletsactu

Envie de scones, de risotto, de tartelettes, de soupes, de toasts différents, délicieux ? Vite rendez-vous sur http://fauxgras.be/fr/recettes/

Notre santé, l'éthique y gagneront  aussi !

 

Comme le redit chaque année la Fondation Brigitte Bardot "les repas des fêtes se distinguent par les souffrances aussi terribles qu'inutiles subis par les animaux.

Petit passage en revue :

- C'est le chapon qui arrive en tête du classement des volailles "de fête". C'est un poulet mâle, castré lors d'une opération très douloureuse, généralement sans anesthésie. Et si les chapons sont effectivement "en plein air durant quelques mois,  ils sont ensuite enfermés pour être engraissés dans de minuscules cages et gavés de maïs".

- Le foie gras : obtenu par "gavage", procédé qui consiste à administrer de force, à l'aide d'un tuyau enfoncé jusqu'au jabot de l'animal, des aliments en grande quantité. Opération qui prend 45 à 60 SECONDES avec la méthode artisanale... 2 à 3 SECONDES avec la méthode industrielle de gavage à la pompe hydraulique, ou pneumatique.

 

L'opération a lieu deux fois par jour. En raison du choc du gavage, l'animal est pris de diarrhées, de halètements. L'animal a du mal à réguler sa température. Il va développer une maladie "la stéatose hépatique". On nous présente du foie malade comme un repas de fête raffiné  !!!

En outre les dimensions de son foie hypertrophié ( il atteindra presque 10 fois son volume) va rendre sa respiration extrêmement difficile.

Ce sont ainsi des oies et des canards qui sont enfermés dans des cages de batterie où ils ne peuvent ni se lever, ni se retourner. Peut-on imaginer supplice plus atroce ?

Ceux qui souhaiteraient se rabattre sur les magrets doivent savoir que l'immense majorité de ces filets sont issus de dépouilles des canards utilisés pour le foie gras...

 

- Les homards paient aussi un lourd tribu aux "fêtes de fin d'année". Ils disposent d'un système nerveux sophistiqué qui les rend sensibles à la douleur : les noeuds neuronaux sont dispersés sur tout leur corps et ne sont pas centralisés dans le cerveau. Ce qui signifie qu'ils sont condamnés à souffrir jusqu'à ce que leur système nerveux soit - enfin ! - complètement détruit.

 

 

 

r

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article