Paul Watson & son livre Earth Force/ 1ère version écrite en 1993..., Absence d'éducation écologique, déni (et on était avant "Trump")... Et pourtant "si" c'était le mouvement social le plus important de l'humanité... ? Haeckel dès 1866, Cousteau et Paul Sears au XXème siècle... chacun à sa manière a oeuvré pour "la défense d'une famille d'espèces interconnectées"...

Publié le par Passionsetbilletsactu

Introduction de Paul Watson (à l'édition française)

 

"J'ai écrit la première version en 1993, un an après avoir assisté à la conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, à Rio de Janeiro, au Brésil. (...) Aucun des engagements pris ne s'est concrétisé. Ces mêmes nations se sont réunies dans cette même ville, en 2012 (...) A nouveau rien n'a été fait. Nombre de mes prédictions de 1993 se sont réalisées : effondrement international du secteur de la pêche, disparition des écosystèmes coralliens et changement climatique.

On constate une prise de conscience grandissante des menaces qui affectent notre planète et qui nous affectent également. Malheureusement, l'égoïsme et la cupidité de l'humanité, encouragés par le déni et les intérêts individuels, ont empêché les gouvernements, les sociétés (...) de réaliser des changements notables.

Toutes les conférences (au Caire, à Copenhague, à Kyoto, à Lima) ont abouti à la signature de conventions et de protocoles internationaux (...) les dirigeants veulent montrer qu'ils s'attaquent aux problèmes, mais sans avoir le courage politique, ni l'éducation écologique nécessaire pour appliquer les engagements définis dans ces conventions.

L'écologie est le mouvement dont l'essor est actuellement le plus rapide au monde, il deviendra bientôt le mouvement social le plus important de l'histoire de l'humanité. Ce ne sera pas un choix, mais une nécessité (...) "question d'auto-préservation", comme je l'ai écrit en 1993.

(...) Se battre pour un monde ou l'Homo sapiens vivrait en harmonie avec la nature selon les lois de l'écologie. La philosophie environnementale moderne prend ses racines dans les écrits et les actions de Henry David Thoreau et John Muir, au XIXe siècle. En 1866, le naturaliste allemand, Ernst Haeckel inventa le mot ökologie pour décrire son idée d'un "foyer"planétaire et d'une famille d'espèces interconnectées.

Au milieu du XXe siècle, mouvement ranimé par les écrits et les actions de Aldo Leopold, Rachel Carson... le commandant Jacques Cousteau, Robert Hunter, Paul et Anne Ehrlich...

En 1964, Paul Sears déclarait que l'écologie était un sujet "subversif" pouvant avoir pour véritable conséquence de changer la société humaine, la santé, la politique, l'économie (...)

Pour moi l'écologie est la clé pour protéger ce magnifique joyau qu'est la Terre de la folie humaine. Nous avons là la seule science qui puisse former la base d'un mouvement politique mondial. (...)

Un rapport récent de Global Witness Watch révèle que 908 activistes écologiques ont été assassinés dans le monde depuis le début du XXIe siècle, dont 448 au Brésil, au 2ème rang le Honduras, au 3ème rang les Philippines, suivis du Mexique.

A de très rares exceptions près, les meurtriers opèrent en toute impunité (...) dans certains cas il s'est même avéré que ces criminels travaillaient pour des milices locales ou d'autres groupes paramilitaires, ou encore que les suspects étaient liés à de grosses compagnies cherchant à développer des projets que les écologistes voulaient bloquer. Mais dans la grande majorité des cas examinés par Global Witness, il n'existe strictement aucune information sur les suspects.(...) L'activisme de nos jours est dangereux, les ennemis sont nombreux, impitoyables.

Politiquement, il n'existe ni gauche, ni droite car les conséquences d'une catastrosphe écologique globale affectent l'ensemble de l'humanité et les solutions sont bénéfiques à tous de façon très concrète."

 

"Beaucoup de questions et peu de réponses

 J'espèce que mon expérience aidera d'autres personnes à élaborer

et déployer des stratégies efficaces pour s'engager et agir de façon intelligente."

 

Commenter cet article