Agriculteurs & agro-industriels/ Nous sommes tous concernés et bien peu informés de ce qui se passe dans les "coulisses" de nos assiettes

Publié le par Passionsetbilletsactu

 

Extrait  lien "Des semences libres pour délivrer les paysans des géants agro-industriels"

 

"Semer, sélectionner, échanger librement ses semences : pratiques ancestrales qui contribuent à l'autonomie des paysans, à la diversité des cultures.

A cause d'une réglementation de plus en plus complexe, une partie des savoirs a été perdue.

Des paysans s'organisent... certains décident en 2004 de cesser de s'approvisionner auprès des grandes firmes. Nombre de paysans constatent que le catalogue des variétés officielles ne correspondent pas à leurs besoins, notamment en agriculture biologique (semences sélectionnées avec tout un arsenal de chimie et d'engrais...).

Avec l'ARDEAR (Association pour le développement de l'emploi agricole et rural, de la région Auvergne-Rhône-Alpes), les paysans commencent alors à identifier les céréales qui étaient autrefois cultivées dans leur région. L'ARDEAR se tourne également vers l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) qui collecte, répertorie et stocke des échantillons de plantes et de graines. En Haute-Savoie, un programme inclue 65 fermes et 1350 parcelles de culture (environ 10m2 par variété sont nécessaires). Partage d'expérience et de savoir-faire entre paysans essentiel pour construire son autonomie...

La vente de semences non inscrites au catalogue officiel est interdite par la loi, l'échange en vu d'un travail expérimental est en revanche toujours possible (...) mais un tel travail est en péril aujourd'hui : baisse de 30%¨des financements en 2016 de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Coupe budgétaire qui intervient alors que la demande pour les variétés anciennes est croissante...

En dépit des freins politiques destinés comme d'habitude - et quel que soit le domaine - à défendre les intérêts des firmes, la détermination des paysans à recouvrer leur autonomie et à développer la biodiversité cultivée est intacte. Avec l'espoir d'apporter des réponses locales face au développement démesuré des multinationales semencières.

En achetant le géant MONSANTO, l'entreprise BAYER s'apprête à contrôler près de un tiers du marché mondial des semences..."

( http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/09/15/bayer-et-monsanto-fusionnent-pour-creer-un-geant-de-l-agrochimie_4997867_3234.html )

 

Commenter cet article