D'une année à l'autre/ "Résistance"...

Publié le par Passionsetbilletsactu

Source/ Journal "L'Itinérant" (n° du 29 décembre 2016)  

Edito de Marie ASCHEHOUG-CLAUTEAUX 

 

"J'aimerais tant vous parler d'amour... Or l'amour n'y apparaît pas ce matin. L'Europe, avec ses 70 années de lumière, pleines et pacifiques, a raté son Histoire. J'ai grandi au Lycée International de Saint-Germain-en-Laye, fondé sur les cendres et l'espoir de l'après-guerre.

Nous étions tous des étrangers et le déracinement nous était familier. Pour beaucoup la France nous avait accueillis (...). On apprenait l'histoire européenne, l'invasion de la France par l'Allemagne nazie, Franco et les migrations espagnoles avec les enfants et les petits enfants de ceux qui avaient été témoins de ces drames. L'histoire, nous l'apprenions en la vivant.

Nous apprenions ce que l'Europe signifiait, ses enjeux... Elle était pour nous un idéal qui avait réussi à pacifier (...). Je pensais que désormais la paix était une force (...). A quoi sert notre puissance pacifiée si nous sommes incapables de tendre nos mains (...) dans le bruit des bombes et (...) la boue des camps de réfugiés ?

2016 s'enfuie dans les cendres d'Alep. Misérable est notre silence assourdissant qui nous rend sourds aux cris des enfants.

 

Il y a 6 ans, nous y croyions tous, moi la première, au printemps arabe et aux manifestations pacifiques d'un peuple syrien contre l'autoritarisme d'un régime. La France avait même armé les rebelles.

Nous pensions "à l'occidentale", sans nous rendre compte des complexités géopolitiques locales.

En ce mois de décembre 2016, l'humanité s'effondre, et la Bête se réveille. J'aimerais tant vous parler d'espoir...

Et moi, qu'ai-je donc fait ? Un don à l'Unicef pour calmer ma conscience, des mots indignés pour cacher ma honte, des larmes amères pour cacher mon impuissance. Il y a eu les attaques terroristes et on s'en sort avec des débats douteux sur l'identité nationale, des murs, des bombes ailleurs. Il y a eu la crise des migrants, des noyés dans nos mers, des larmes, des grilles... Il y a eu les élections américaines et le triomphe d'un menteur obscène et décomplexé.

Il y aura les nôtres bientôt... et notre société se revêt d'un manteau sombre et réactionnaire. 

Chers lecteurs de l'ITINERANT, s'il y a une chose que vous nous avez appris, ici, au journal, c'est que la fidélité et l'amour sont des redoutables armes contre cette idéologie de la peur qu'on nous impose (...). Grâce aux gestes héroïques d'hommes et de femmes du quotidien, soudain je me rends compte d'une chose : je suis moi aussi tombée dans le piège (...). Je me suis laissée emporter par la vague de défaitisme de nos journaux et de nos actualités sur Google. Je me suis laissée aller aux sondages et à leurs chimères. Je me suis surprise moi-même à baisser les bras.

 

Rien n'est jamais acquis. Mais tout se perd si nous ne luttons pas (...). Le plus bel acte de foi est d'espérer quand tout s'écroule, de résister quand tout s'effondre.

Que l'année 2017 soit un terreau - Que la Santé, l'Amour, la Paix, l'Espérance vous accompagnent."

 

   

 

Publié dans FAITS D'ACTUALITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article