Earthforce, livre de Paul Watson (éd. Actes Sud - 2015)/ Regards croisés sur un ouvrage unique, trop peu connu

Publié le par Passionsetbilletsactu

Avant-propos/

 

- "Paul Watson (...) personnalité plutôt hors du commun, dont chaque action semble pensée, réfléchie et pour la meilleure des causes : la défense de la planète et des êtres vivants qui l'habite."

- * "Philosophie "biocentriste" = l'être humain considéré comme partie intégrante de la nature, non comme un être séparé et dominant - "Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend".

- "Qui ignore encore que nous sommes entrés dans la 6ème crise d'extinction massive de l'histoire de la planète, conséquence directe de l'anthropocentrisme millénaire ? La 6ème extinction de l'Histoire, mais la première du genre (humain). Pour la première fois, une espèce, par sa démographie et son mode de vie, se rend responsable à elle seule d'un évènement de nature cataclysmique à l'échelle planétaire : la disparition effrénée, à un rythme encore jamais vu, des êtres vivants avec qui nous partageons cet espace restreint dans l'univers, cette petite planète bleue composée à 70% d'océan (...)

- Parce que l'humanité a peu de mémoire du passé, elle peut difficilement anticiper l'avenir et prendre aujourd'hui les décisions qui lui permettront de changer ce que sera demain.(...)

- L'effondrement des pêcheries commerciales, annoncé par les Nations Unies (dans 32 ans), sans que cela émeuve plus que ça les médias ou l'opinion. Et encore moins les politiques.

- Pourtant il ne s'agit de rien de moins que de la mort annoncée de l'océan. Les écosystèmes marins qui nous fournissent 80% de l'oxygène que nous respirons et qui régulent le climat, plus que toutes les forêts de la planète, cesseront de fonctionner. L'océan est vivant au sens littéral du terme (...) Et voilà qu'il nous reste 31 ans (33 ans en 2015, lors de la sortie du livre)  pour infléchir le cours des choses et changer notre destinée...

- Presque une cause perdue ? Peut-être pas, des consciences s'éveillent (...) en nombre croissant et peut-être bientôt en nombre suffisant (...) Ultime responsabilité (...) Nous sommes à une croisée des chemins et nous ne regardons pas tous dans la même direction (...) Mais quel est l'intérêt de cette prise de conscience si nous ne plaçons pas en face de réels moyens d'action ? (...)

C'est tout l'objet de ce livre...

Bien court est notre passage sur Terre, un souffle, un bruissement d'aile,

et c'est la fin...

- Passé le stade de la prise de conscience et de l'indignation (...) devenir des éco-guerriers efficaces (...) qui, loin d'être des traitres à leur espèce comme on les accuse souvent de l'être, en sont la plus grande chance.

 

A suivre...

Commenter cet article